Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 13:00

Analyse du parcours hors du commun du 10x World Surfing Champ

Anglet, Pays Basque (06/11) - Avec ce 10ème sacre du plus grand surfeur de la planète, la question que l'on peut tous se poser, après s'être demandé comment fait Kelly Slater à 38 ans, est sans doute de savoir s'il est le plus grand athlète de tous les temps?


Son parcours impressionnant ne peut que nous laisser sans voix. Surfeur professionnel le plus titré de l’histoire du surf, il est également le plus jeune (20 ans) et le plus vieux (36 ans) champion du monde de surf. 10 fois champion du monde (1992, 1994, 1995, 1996, 1997, 1998, 2005, 2006, 2008, 2010), il détient 44 victoires sur le circuit ASP World Tour, après ses récents succès au Hurley Pro à Trestles et au Rip Curl Pro à Péniche. Il s’est imposé 6 fois au Pipe Masters à Hawaii, dernière étape du WCT et a également remporté la plus prestigieuse des compétitions de grosses vagues, le Quiksilver Eddie Aikau, en 2002. Et il est le seul surfeur à avoir obtenu la note parfaite de 20/20 à Tahiti en 2005.

Après 6 titres de champion du monde, Kelly a choisi de prendre sa retraite en 1999 avant de signer le come-back le plus époustouflant de l’histoire du sport. De retour sur l’ASP World Tour en 2003, il reconquiert la couronne de champion du monde en 2005 puis en 2008. Son excellente saison 2010, marqué notamment par 2 victoires et une 2ème place en moins d'un mois (Septembre-Octobre) lui vaut de mener le classement provisoire du Dream Tour et de viser un 10ème titre historique de champion du monde.


Une foule venue en masse à Péniche pour saluer la performance du plus vieux champion du monde !

Voici quelques réponses qui pourront éclairer le sujet...

10 fois champion de surf, Kelly Slater a remporté cette année le Hurley Pro à Lower Trestles, près de San Clemente en Californie, lieu où il avait remporté sa première victoire, en tant que pro, il y a presque 20 ans jour pour jour. Et si sa victoire paraît dans la presse sportive américaine, l’évènement est plutôt placé entre la couverture du dernier concours du plus grand mangeur de hot dog et celle d’une bagarre entre 2 mascottes de lycée.

Pourtant cette victoire en particulier devrait être reconnue car elle marque une étape importante dans le monde du sport qui est rarement, voire jamais atteinte. Je ne suis bien évidement pas objectif, donc je vais vous demander de casser ma théorie en vous posant la question suivante : pouvez vous nommer un athlète - n’importe lequel - qui a été l’icône de sa discipline depuis deux décennies ?


L'année 2010 a parfaitement débuté pour le nonuple champion du monde, qui remporte la 2ème épreuve du circuit à Bells beach

Attention je ne parle pas de quelqu’un qui aurait gagné 1 titre ou 2 en vingt ans et qui serait accroché à ces victoires comme seules preuves d’avoir été un "champion". L’Histoire du sport est riche et dense en légendes qui ont duré, comme Brett Favre, Nolan Ryan, Cal Ripken, et même Georges Foreman. Il y a cependant un large fossé entre durer et dominer – comme d’être la force autour de laquelle les autres gravitent. Favre, Ryan, Ripken et Foreman ont tous été cette force durant un temps, sans nul doute, mais pendant 20 ans ? Non.

Trouvez moi quelqu’un qui, disons, détient à la fois le record d'être le plus jeune et le plus vieux champion du monde. Quelqu’un dont le nombre de victoires ces 20 dernières années atteint un pourcentage de presque 80 %, et qui continue de grimper. Quelqu’un qui, 20 ans après sa première victoire en tant que pro, reprend la tête d’une compétition pour un nouveau titre mondial, le 10ème ? Quelqu'un qui, années après années, humilie une vague de nouvelles recrues - même 2 fois plus jeunes que lui - qui viennent avec pour objectif de le détrôner. Oui, tout ça n’est qu’un échantillon des stats de Kelly Slater.


C'est à Hossegor, en France, que Kelly a remporté sa première compétition sur le WCT en 1992 : mais du temps du Rip Curl Pro !
Crédit photo : Peter Joli Wilson

Je me suis creusé la tête pour essayer de trouver quelqu’un d’autre. J’ai même demandé de l’aide à mes copains de Y!Sports et ESPN. Ils ont forcément connu quelqu’un, "un lanceur ? un joueur de poker ? un champion de billard ?". Pour leur défense, ils étaient plongés en plein drame NFL et MLB et n’avaient pas beaucoup de temps pour de telles énormités à propos d’un sportif. Ils m’ont quand même donné quelques noms pour m’apaiser, Jordan, Armstrong, Navrativola ou encore Bonds. Je n’ai pas voulu les énerver en leur répondant que les stats de Kelly les met tous au tapis.

J’ai creusé plus profondément, pour en venir à la conclusion suivante : la plupart des athlètes en lisse durant 2 décennies entières pratiquent des sports "sédentaires", comme le golf, le curling, la pêche ou les fléchettes. Ou alors ils passent leurs carrière en occupant des postes "statiques" qui sont hautement spécialisés, comme lanceur ou gardien de but.

     
Victoire à Bells Beach (à gauche) et à Trestles (à droite)

Kelly, lui, n'a pas chômé cette année :
il a remporté 3 épreuves et terminé 2ème à deux reprises ! A 38 ans, respect !

     
Vainqueur à Péniche (à Gauche) et finaliste à Hossegor (à droite) 

Arnold Palmer et Jack Nicklaus, aussi connu sous le surnom "The Golden Bear", sont de bons exemples de golfeurs qui ont joui de carrières marathon. Jack à remporté son premier championnat à l'âge de 20 ans, et les Masters quand il en avait 46. Cependant, même pour Golf Magazine, il a seulement dominé les années 70, alors que Palmer a fait le show dans les années 60.

Tiger Woods est de toute évidence l'homme à battre maintenant. Et même si Woods (premier golfeur à avoir atteint la salle de gym?) a 4 ans de moins que Slater, et seulement 14 ans de carrière professionnelle, son règne dépassera sans aucun doute n'importe quel autre sportif. Même si tout reste à faire pour le moment, notamment depuis que Woods décline, suite à sa récente incursion dans l'enfer des relations publiques.


Kelly Slater, assidu et plutôt doué dans la discipline de Tiger Woods !
Photo prise lors du Trophée Enjoy & Care, organisé par Quiksilver Foundation en Septembre dernier à Biarritz
Credit Photo : Ducasse

On peut citer également Mariano Rivera, qui domine le monde du baseball depuis plus de 15 ans maintenant. Et il a une réelle chance de repartir pour 5 ans de plus, depuis, qu'il a réduit son nombre de lancers par semaine.

Certes, je me base sur une définition totalement dérangée d'un athlète, surtout pour trouver un prétexte pour un seul d'entre eux. Je les compare tous à la Rome antique avec ses lions, ses tigres et son Colisée - un lieu imaginaire où les athlètes sédentaires d'aujourd'hui deviendraient son petit déjeuner, son brunch ou un repas au mieux.

Je sais que mon idée paraît absurde. Mais un surfeur n'engagera jamais une conversation avec vous si vous lui parlez des athlètes les plus dominants que le monde ait jamais connu, n'ai-je pas raison? Peut-on même oser comparer les prouesses athlétiques de Slater à celles de Wayne Gretzky et Jerry Rice? Ces derniers ont vraiment dominé leurs sports éreintants physiquement durant deux décennies. C'est pourquoi ils sont considérés comme les plus grands. Et peut-être que chuter sur le récif de Teahupoo n'est pas aussi effrayant que d'être mis en échec ou plaqué sauvagement, mais attention, il faut considérer que le destin que vous choisissez ne vous laisse pas le choix.


Kelly Slater en a connu des chutes sur la mythique gauche de Teahupoo...

 


...mais il a également connu des moments inoubliables : admirez !

Que le surf soit un sport ou non est un argument sur lequel même les surfeurs n'arrivent pas à s'entendre. En effet, tout ce qui est jugé est suspect dès lors que çà devient de l'art. Mais il est évident que si vous ramez dans des vagues de 7m50 à Waimea Bay, ou que vous vous envolez dans 1m50 à Bells Beach, ces gestes exigent de l'endurance, le timing, la vitesse et la flexibilité, sans parler de l'engagement, bref tout ce qui avantage la jeunesse et les gaillards athlétiquement... à ce qu'on l'on dit.

Après avoir remporté cinq titres consécutifs dans les années 90 (six au total), Slater s'est retiré en 1999, qui, une fois traduit, signifie qu'il est parti surfer plus. Il a chassé les swells de la planète pendant trois ans, rendu visite à ses amis à chaque arrêt, attendant qu'une nouvelle "culture" de talents arrive à maturité et vienne menacer son héritage avant de revenir à la compétition en 2003. L'année suivant son retour, il semblait un peu juste dans les dernières manches de la saison. Mais dès 2005, il a retrouvé le titre mondial, tout comme en 2006, puis en 2008. Le voilà maintenant détenteur d'un 10ème titre mondial.

     
Kelly nous prouve encore en 2010 qu'il est capable de tout faire à l'eau, même à 38 ans !

Comme Favre, Slater menace de prendre sa retraite à chaque tour. Contrairement à Favre, il a tendance à tenir la distance quand il revient. Aujourd'hui, à 38 ans, non seulement Slater défie la gravité avec ses résultats, mais il arrête aussi le temps avec son surf, ce qui est encore mieux. Lorsqu'on lui a demande quel âge il pense avoir s'il ne savait pas quel âge il a, il nous répond 24. Vous n'avez qu'à jeter un coup d'oeil à son physique sculpté et vous serez d'accord que c'est son âge réel.

Cà ne lui fait pas de mal de s'amuser. "Je laisse une centaine de milliers de personnes me frapper au visage pour surfer ces vagues seul", dit-il après avoir recueilli un chèque de 105 000 $. "Je ne peux pas croire que vous me payez pour cela."

Ses décennies de domination ont quand même exigé des sacrifices difficiles. Il attribue une partie de sa longévité au fait de ne s'être jamais marié. Une union aurait sans doute rendu sa vie plus compliquée. Ses années à fricoter Pamela, Gisèle ou Cameron lui ont valu plus d'articles dans la presse généraliste que n'importe lequel de ses records, ce qui aggrave la torture. Pauvre garçon.


1990 : première conférence de presse de Kelly au siège de Quiksilver à Sydney
Il vient de signer son contrat avec la marque.

Son programme de voyage est fatiguant lui aussi, mais 12 heures de vols ou pas, ses amis surfeurs de l'élite mondiale s'empressent de lui rappeler qu'il quitte Pittsburgh, Detroit ou Cleveland.

Avec  ce 10ème titre mondial ASP, Kelly devrait être tenté de se retirer pour de bon ... encore une fois. Pourtant, après avoir été sur la Lune et y être retourné plusieurs fois maintenant, la motivation revient toujours chez lui, ce qui le surprend lui aussi."Une fois que vous avez fait tout ce que vous avez prévu de faire, les choses vous dépassent", dit-il.

À Trestles, il a dédié sa victoire marquante à Daisy Merrick, petite-fille de son shaper de longue date, ami et mentor Al Merrick, qui se bat courageusement contre une forme rare de cancer.

À une époque où nos héros sportifs déçoivent sans cesse, Slater, lui, est quelqu'un de qui les parents n'ont pas à crainde, pour ce qui est de l'émulation de leurs enfants. Kelly est resté "Hyper cool" (les films de surf produits par Slater ont lancé la carrière du chanteur Jack Johnson, Eddie Vedder invite Slater sur scène pour des jam sessions à ses concerts), tout en neutralisant l'ancien péjoratif d'être un surfeur au cours de son règne.

Sur toute la côte, dans n'importe quel pays, Kelly Slater a des dizaines de milliers de fans fidèles qui l'adorent. Pourtant, il peut rester assuré que son havre de paix sera toujours à cinq minutes de là où il est, à environ 6 km dans les terres. Car sur la rue principale des États-Unis, Kelly pourra sans cesse marcher sur le trottoir inaperçu, même s'il est l'un des athlètes les plus dominants qu'on ait jamais connu.

Avec un palmarès inégalé, et sans doute "inégalable" pour de nombreuses décennies, l'américain Kelly Slater, ou plutôt le "King" Kelly, né le 11 février 1972 à Cocoa Beach en Floride, a déjà rejoint depuis longtemps le panthéon mondial du surf.


Hossegor / les Culs Nus (2 octobre 2010) :
l'américain s'apprête à disputer la finale d'une épreuve qu'il n'a jamais encore remporté,
celle du Quiksilver Pro France 2010,
peut-être une raison de plus pour poursuivre sa carrière en 2011 ? 


Crédit photos :

ASP/ Cestari / Kirstin / Rowland
www.aspworldtour.com

Peter Joli Wilson
www.joliphotos.com 
joli.photoshelter.com

Traduction : Nico D.

Sourcewww.grindtv.com / www.surf-report.com

Partager cet article

Published by surf club de la sardine
commenter cet article

commentaires